Flammarion

  • Une introduction au monde de l'art de l'Egypte ancienne qui permet d'apprendre à reconnaître les chapiteaux et colonnes, à décrypter les décors des tombes royales, de comprendre les différences entre la statuaire royale, divine ou civile, etc.

  • Le XXe siècle constitue la période artistique la plus déconcertante et la plus innovante de l'histoire de l'art.
    Tout concourt à son foisonnement : les innovations techniques, l'expansion géographique, les nouveaux totalitarismes et les accidents de l'histoire.
    La première des deux parties de l'ouvrage explore dans quelles proportions le XXe siècle a bouleversé la notion d'art : l'unicité de l'oeuvre, son statut et son identité « nationale ». La seconde partie constitue le récit historique à proprement parler. Depuis l'avènement du fauvisme en 1905 jusqu'à aujourd'hui, Philippe Dagen examine sans classification, sans hiérarchie, les objets et les activités qui se sont réclamés de l'art, que ce soit pour le faire prospérer ou le nier, que ce soit au nom de l'art ou de l'anti-art. Pour brosser un tel panorama, « seule une méthode vaut, écrit Philippe Dagen, celle du doute. Pas plus que l'on ne sait d'où vient "l'art", on ne sait ce qu'il est, ce que c'est que "l'art en soi", ni ce qu'il devrait être. C'est, au siècle de Duchamp, la moindre des prudences ».

  • Un panorama de l'art grec ancien permettant de comprendre les différences entre l'ordre dorique et ionique, de découvrir l'architecture civile, militaire et funéraire, d'identifier les dieux sur le fronton du temple de Zeux à Olympie, etc.

  • La collection Tout l'art - Les Essentiels offre, aux amateurs, aux étudiants et aux chercheurs les repères didactiques nécessaires à la compréhension de la création artistique, en rééditant dans un format accessible, les textes fondateurs et indispensables de la collection Tout l'art.
    De l'art égyptien, à l'architecture de la renaissance anglaise, en passant par le mobilier Louis XV et le style pop, La caractéristique des styles a été, depuis plus de quarante ans, à la fois le manuel d'initiation et le dictionnaire des arts décoratifs de générations d'élèves, d'étudiants et de simples amateurs. La juxtaposition systématique de l'illustration et d'un texte concis garantit une identification claire et rapide des formes, et de chapitre en chapitre, des styles successifs en honneur en France et en Europe. Un guide indispensable enfin réédité.

  • L'art italien

    André Chastel

    Une synthèse de toutes les formes d'art de ce pays, y compris le cinéma et la photographie. Un ouvrage de référence avec de nombreux renseignements pratiques pour le visiteur.

  • Ce parcours dans l'art espagnol, des grottes d'Altamira à Antoni Tapiès, a été confié à une équipe de spécialistes reconnus.
    Il veut souligner combien, avec ses spécificités propres, l'art espagnol est creuset d'éclectisme et générateur de créateurs incontournables qui, comme Goya ou Picasso, dépassent leur cadre historique pour forger l'avenir. Terre d'échanges, l'Espagne possède une création artistique aux multiples influences : phéniciennes, grecques, romaines, arabes et même africaines. Décrivant les créations méconnues aussi bien que les chefs-d'oeuvre, l'art rupestre aussi bien que l'art romain, islamique et chrétien, cet ouvrage réserve une grande place aux découvertes récentes qui ont considérablement enrichi le patrimoine espagnol et renouvelé la vision que le public cultivé doit en avoir.


  • TOUT L'ART Encyclopédle
    ICONOGRAPHIE DE LA RENAISSANCE ITALIENNE
    Souvent destinées à des commanditaires friands d'énigmes et de significations cachées, les oeuvres produites à la Renaissance utilisent volontiers une iconographie complexe, dont le sens tend à devenir de plus en plus obscur pour le public contemporain. L'ambition de ce livre est de fournir les principales clefs nécessaires à sa compréhension.
    Classées par ordre alphabétique, les notices abordent plusieurs grandes catégories de sujets : les personnages bibliques, mythologiques ou historiques les plus fréquemment représentés par les artistes de l'époque; les principales allégories et les concepts auxquels elles renvoient ; les thèmes mythiques...
    L'ouvrage rassemble ainsi de façon aussi synthétique et complète que possible les éléments constitutifs de la culture visuelle des hommes de la Renaissance et de ses manifestations artistiques.
    Ancienne élève de l'Institut Courtauld et de l'École des Hautes Études en Sciences Sociales, Elisa de Halleux est doctorante en histoire de l'art (Les figures androgynes dans l'art de la Renaissance, sous la direction de Philippe Motel). Elle a présenté des communications à différents colloques.


  • De l'époque carolingienne, on retient souvent l'immense stature de Charlemagne et le prestige de la dynastie qu'il inaugura. Volet initial d'un triptyque culturel annonçant les Ages roman et gothique, ce moment artistique est longtemps apparu comme l'apogée de la création haut médiévale, offrant la première grande définition des valeurs artistiques de l'Europe chrétienne. La synthèse qui nous est ici présentée dresse un panorama de l'art de cette période, mais va plus loin puisqu'elle en renouvelle l'approche. Elle se propose en effet de replacer l'art carolingien au fil d'une progression de bien plus ample volée, en se basant sur de nombreuses données inédites issues des recherches menées dans le champ de l'archéologie paléochrétienne et des arts du " premier " haut Moyen Age. Ainsi, la prise en compte des prémices, avec les réalisations importantes du règne de Pépin le Bref dès le milieu du VIIIe siècle, mais aussi l'analyse des oeuvres produites dans la mouvance de Charles le Chauve dans les décennies 840-870, ou encore l'attention portée au mécénat des hauts dignitaires, conduiront à une sensible réorientation de la réflexion sur le sujet. Enfin, l'accent mis sur l'étude de la finalité des oeuvres permettra de mieux appréhender l'esprit des concepteurs de cet art.

  • La Cité interdite, les nombreux palais, la sculpture, la peinture, la céramique : toutes les formes de l'art chinois dans cette monographie.

  • Panorama complet des arts du Japon de la préhistoire à nos jours. Chaque chapitre permet de comprendre les conditions d'élaboration de l'art durant la période considérée. Analyse exhaustive de toutes les expressions artistiques (architecture, sculpture, peinture, arts décoratifs) sous les aspects religieux (bouddhisme, culte shinto) et profane (arts palatial, militaire, domestique).

  • Retrace l'histoire complète de l'art égyptien depuis environ 4000 avant J.-C. jusqu'à nos jours.

  • Au sein de la Renaissance italienne, Venise occupe une position originale par sa situation géographique, par son indépendance politique et ses usages sociaux. Carrefour entre les pays du nord de l'Europe et du centre de l'Italie, entre l'Orient et l'Occident, la cité des doges réussit à tresser un tissu social cosmopolite, à inventer une culture ouverte à d'innombrables courants pour créer un style homogène et unique. Elle sut également composer une vie sociale sans heurts, ordonnée autour d'institutions originales comme les scuole. Patricia Fortini Brown, en ne prenant en considération que les oeuvres exécutées pour des commanditaires vénitiens, trace un portrait fidèle de la Venise du XVIe siècle et cerne avec précision les caractéristiques de la vie artistique locale - notamment la préférence des peintres vénitiens pour le colorito plutôt que pour le disegno, guide incontesté de la peinture dans le reste de la péninsule. L'auteur confronte les créations picturales, architecturales à la réalité sociale, culturelle qui les a conditionnées et par l'analyse des habitudes quotidiennes, des pratiques de dévotion, des relations entre l'individu et l'État, restitue l'image d'une cité et d'un centre artistique incomparables.


  • Une fresque des différents mouvements artistiques de l'avant-garde russe (Néoprimitivisme, cézannisme, fauvisme russe, cubofuturisme...) les restituent dans leur complexité contextuelle.


  • Histoire du costume en France du Moyen Age aux années 1990, présentant l'évolution des tissus, coupes et accessoires.

  • Un panorama de cet art permettant d'apprendre à reconnaître les différentes arcades des églises romanes, d'identifier le tympan, le linteau ou le trumeau d'un portail, de découvrir l'enluminure et la présence de la couleur à l'intérieur et à l'extérieur des édifices...

  • Brunelleschi, raphaël, michel-ange : les plus grands génies ont fait de l'architecture de la renaissance un moment privilégié de l'art universel.
    Enracinés dans un gothique toujours vivant et fécond, tournés vers des idéaux géométriques et un langage formel issus d'une antiquité redécouverte, les bâtisseurs des xve et xvie siècles n'ont pas seulement conçu et décoré des édifices incroyablement divers ; ils ont métamorphosé une pratique artisanale en discipline intellectuelle, et créé, en même temps que la profession d'" architecte ", un art dont les principes ont fondé l'essentiel des créations architecturales de l'occident jusqu'au xxe siècle.
    Les auteurs en proposent une étude didactique et approfondie, outil indispensable à la compréhension de cette architecture.

  • Aux alentours de l'an mil, dans une Europe instable et divisée, à la merci des invasions et des désordres internes, naît ce que l'on a dénommé l'art roman. Durant deux siècles il symbolisera le renouveau de l'Occident médiéval, dominé par le Saint Empire romain germanique et le royaume de France des premiers Capétiens. À la fin du XIIe siècle, ses derniers feux témoignent encore de la vigueur de son style qui résiste en maints endroits à l'emprise de l'art gothique. Cet ouvrage étudie les conditions d'apparition, de création et d'innovation de l'art roman dans son contexte géographique, historique, social, politique et religieux. Dans le cadre des chantiers conduits sous la férule de l'Eglise, il analyse la notion d'artiste, de magister, face aux commanditaires, évoquant charpentiers et maçons, sculpteurs et peintres. Puis il aborde successivement l'apparition des formes et d'une iconographie originales dans la sculpture et l'architecture, la mosaïque, le vitrail et l'émail; le rôle majeur que tiennent les ordres monastiques, en particulier les clunisiens et les cisterciens, ainsi que les routes de pèlerinage et le culte des saints ou des reliques; la place de la femme dans l'art, tant sous un angle iconographique, avec les représentations d'Eve et de la Vierge, que social et religieux, présentant quelques exemples d'abbesses importantes. Enfin il souligne l'influence des arts antique, carolingien et byzantin ainsi que celle de l'Orient ancien à travers les rapports que l'art roman entretient avec le monde islamique.

  • A la fin du Moyen Age, au début de la Renaissance, un système mental succède à un autre.
    Le monde cesse d'être pensé de façon théorique. Il est examiné et commence à être compris par l'observation. Les peintres jouent un rôle fondamental dans cette mutation. A partir du XIVe siècle, Giotto, Ambrogio Lorenzetti, puis les Limbourg, Jan Van Eyck, enfin Dürer et Léonard de Vinci, se donnent pour objet d'imiter les choses qui les entourent. Ils n'évoquent plus l'Eau, l'Air, la Terre ou le Feu - éléments abstraits - mais ils distinguent la vague, le torrent, la goutte, le lac ; ils représentent les nuages, si divers, et les vents, rapides ou tranquilles ; ils montrent les boues, les rochers, la flamme dans la cheminée ou l'incendie qui ravage les maisons.
    Les oeuvres que ces artistes peignent favorisent une prise de conscience : celle de la beauté du monde mais aussi de sa fragilité. Le sentiment de la nature naît peut-être à ce moment, de cette crise visuelle qui est une crise européenne. L'objet de ce livre est d'explorer les origines du genre du paysage ; il est aussi, et plus profondément, de chercher les racines de notre monde moderne, que hantent les questions d'environnement et la peur d'un changement où sombrerait la nature.


  • Autant qu'une invention, c'est une conquête, lente, désordonnée, puis décisive qui est racontée : la découverte et la représentation du corps dans les arts. Car, à chaque instant, à chaque époque, apparaissent toutes sortes d'enjeux du point de vue des codes sociaux ou hygiéniques, mais aussi du point de vue spirituel et philosophique.



  • Ce guide propose une étude des instruments et des modes de réalisation
    mis en oeuvre dans les principales disciplines de la création artistique : dessin,
    peinture, gravure et sculpture. Il se définit comme un outil de savoir destiné à
    approfondir notre connaissance de la pratique artistique grâce à un répertoire
    alphabétique regroupant définitions, historiques et analyses des différentes
    techniques de l'art d'hier et d'aujourd'hui. Il a donc pour double ambition de
    donner un large panorama des matériaux et des règles de la pratique artistique
    mais aussi de montrer leur nécessaire inscription dans l'histoire des courants
    artistiques. Les nombreux renvois, les bibliographies détaillées ainsi que les
    illustrations fonctionnent comme autant de repères didactiques, conférant à
    l'ouvrage une grande facilité d'accès et son caractère de référence.
    Véritable petite encyclopédie, Les Techniques de l'art se veulent un manuel
    de consultation et d'information qui s'adresse aussi bien aux étudiants
    qu'aux artistes mais souhaite avant tout rester un guide culturel pour tous
    les amateurs d'art ou visiteurs de musées curieux d'en savoir plus.


  • La collection Tout l'art - Les Essentiels offre, aux amateurs, aux étudiants et aux chercheurs les repères didactiques nécessaires à la compréhension de la création artistique, en rééditant dans un format accessible, les textes fondateurs et indispensables de la collection Tout l'art.Que désigne l'expression Ecce Homo, à quoi correspond la Chandeleur ou la Pentecôte, comment identifier saint Vincent. Ce guide iconographique est un outil indispensable, à la structure claire, pour comprendre et reconnaitre les principales représentations religieuses de la tradition occidentale. S'y ajoute une série de notices transversales - sur la symbolique et l'iconographie des nombres, des animaux et des végétaux.

  • Emanation d'une grande diversité d'îles, l'art d'Océanie est très divers. L'auteur le replace dans son contexte et montre comment il est étroitement lié à la vie spirituelle, au pouvoir politique et à l'organisation sociale. Art, pouvoir temporel et spirituel confondus se résument dans le concept de Mana.

empty